Structure attentionelle des sites de collaborative filtering

Article sur une vision organisationnelle du service digg.com basée sur des théories liées à l’attention. (Simon 1947) définit le comportement d’une organisation comme un processus cognitif et structurel. La prise de décision est le résultat d’une capacité attentionnelle limitée de l’humain et l’influence structurelle des organisations sur l’attention des individus. (Ocasio 1997) fait explicitement ce lien entre cognition et structure à travers des concepts de canaux de communication et structures d’attention. Il argumente en gros de la façon suivante:

De part leurs capacités cognitives limitées, les décideurs focalisent leurs attentions sur un ensemble limité de problèmes et solutions (foyers d’attention) qui va déterminer leurs actions.

2) Cet ensemble de foyers d’attention dépend de la situation dans laquelle les décideurs se trouvent et notamment des stimuli environnementaux qu’ils reçoivent.

3) Ces stimuli dépendent des canaux de procédure et de communication de l’entreprise, jouant le rôle de filtres perceptuels (StarBuck and Milliken 1988) influençant l’attention de l’individu sur tels ou tels problèmes ou solutions (i.e. générant des valeurs d’ordre et d’importance suivant les canaux). Ces canaux et structures d’attention étant le fruit des règles de l’entreprise, de ses ressources, des positions sociales dans l’entreprise.

l’attention d’un individu est donc conditionnée par l’existence de structures d’attention préalables qui orientent son attention vers certains éléments plutôt que d’autres. Et réciproquement… La distribution des problèmes ou solutions dépend de la façon dont ces structures d’attention sont disposées dans l’organisation, les orientant et distribuant parmi les décideurs.

Lien avec les communautés de type digg.com

Un exemple explicite de ce type de phénomène sur internet se retrouve dans des mécanismes appelés “social information filtering”. Du fait de la surcharge d’informations, de grandes communautés virtuelles, telles que digg.com ou del.icio.us (qui est aussi un système d’interprétation puisque les gens taggent les pages) sont utilisées à des fins de filtres perceptuels pour faire émerger l’information pertinente.

Au niveau local, l’individu observe son réseau d’attention (amis ou personnes partageant des centres d’intérêt commun) à des fins de veille d’information. Ce procédé est d’autant plus efficace qu’il peut être appliqué au niveau de la communauté. La communauté se transforme en un unique foyer d’attention où émerge l’information pertinente au niveau collectif (e.g. pages les plus populaires par rapport à un thème donné).

Ce qui caractérise ce type de filtrage c’est que l’émergence d’une information n’est pas seulement liée à la qualité de son contenu mais à la structure du réseau attentionnel de la communauté. La perception de l’individu étant étroitement liée à ces structures d’attention, elle peut être biaisée par un réseau d’attention pathogène. S’exerce alors une influence (massive) d’une minorité de foyers d’attention (i.e. d’individus) sur la perception d’une large population d’individu. A noter des études de (Lerman 2007) et (Huberman 2007) montrant entre autre ce type de processus dans digg.com.

References:

  • Simon, Herbert A. (1947) “Administrative Behavior”. New-York: Macmillan.
  • K. Lerman (2007) “Social Information Processing in Social News Aggregation”, IEEE Internet Computing’s special issue on Social Search
  • Starbuck, W.H., Milliken, F. J., (1988). Executives’ perceptual filters: what they notice and they make sense, In D. C. Hamerick (Ed.), The executive effect: concepts and methods for studying top executives (pp. 35-65), Greenwich, CT:JAI.
  • W. Ocasio, (1997) “Towards an attention-based theory of the firm”, Strategic Management Journal
  • Fang Wu, Bernardo A. Huberman, 2007 Novelty and Collective Attention
Advertisements